La photo d’étoiles

Depuis longtemps, j’aime particulièrement la photo de nuit. Ces ambiances, ces lumières, ce que l’on voit, ce que l’on ne voit pas… je m’y confronte avec un grand plaisir depuis que j’explore la photo numérique.

En 2007, j’ai eu l’occasion de participer à une randonnée nocturne. C’est là que j’ai pu m’essayer à la photo d’étoiles. Quand je regarde les photos aujourd’hui, j’ai du mal à comprendre comment j’ai pu trouver ces premiers essais « réussis ». Pourtant, j’étais plutôt contente du résultat que j’avais même mis sur Internet à l’époque.

 [su_divider top= »no » size= »0″]

Depuis cette sortie, quelques étoiles se sont incrustées sur les capteurs de mes appareils, mais sans que cela ne soit le sujet principal de mes compositions

A force de fréquenter les réseaux sociaux, et plus précisément les groupes consacrés à la photographie, je suis tombée sur des photos d’étoiles qui m’ont beaucoup plu, m’ont intriguée et m’ont donné envie de creuser un peu plus le sujet.
Il y avait d’abord les images de paysages nocturnes surmonté de la voie lactée. Comment capturer en une prise de vue le brillant des étoiles et un sombre paysage dépourvu de source lumineuse ? Cela est-il possible avec un réflex généraliste ?
Dakota Territory Milky Way par Aaron Groen sur FlickR

Dakota Territory Milky Way par Aaron Groen sur FlickR

Et il y avait ensuite ces extraordinaires photos avec le déplacement des étoiles dessinant un cercle parfait autour de l’étoile polaire. Combien d’heures de pose pour obtenir ce tracé ? Et comment calculer le temps nécessaire sans faire des essais de toute une nuit pour rien… ?
STARTRAILS par Joe sur FlickR

STARTRAILS par Joe sur FlickR

En 2013, lors d’un voyage en Islande, j’ai eu le bonheur de pouvoir essayer de capturer des aurores boréales sur mes photos. L’enjeu c’était de voir apparaître de belles traînées vertes sur les photos. Les réglages techniques qui permettent d’attraper ces lueurs polaires m’ont offert simultanément un magnifique ciel constellé d’étoiles. En 2014, nouveau voyage au pays des volcans et nouvelle aurore boréale accompagnée d’un ciel absolument dégagé et parsemé de milliers d’étoiles.
Toutes ces photos m’ont alors donné envie d’explorer plus précisément la photo d’étoiles. Et c’est lors de sorties avec d’autres membres du club photo que j’ai pu faire des essais sur ce thème.
La première expérimentation s’est faite dans la campagne au-dessus de Vienne, au début de l’été 2014.
Le 1er test, malgré un ciel bien dégagé n’est pas très concluant. Je pose l’appareil dans l’herbe, orienté vers le ciel (j’ai oublié de prendre mon trépied). La voie lactée est bien là, mais absorbée par les questions techniques, je ne réfléchis pas du tout à la composition de l’image. C’est un essai un peu improvisé.
A la fin de l’été, avec un peu plus d’infos sur la façon de faire, je réitère l’expérience.
  • Je réfléchis cette fois à composer une image intéressante.
  • J’ai pris mon trépied.
  • Je fais une mise au point manuelle sur une lumière éloignée
  • Je construis un panoramique du sol vers le zénith
  • J’essaie aussi de faire un time lapse pour capter le déplacement des étoiles dans le ciel (enfin, c’est la Terre qui tourne bien sur)

Les résultats sont plutôt encourageants.

 La photo de la Voie Lactée regroupe 5 photos prises avec les réglages suivants :
  • ISO 1600
  • ouverture F2.8
  • vitesse 30 secondes
  • et un objectif 14-24 mm à 14 mm

Le startrail, à droite, est la superposition d’une quarantaine de photos avec les mêmes réglages.

A partir de ces expériences, voici quelques conseils pour pratiquer la photo d’étoiles.

Où aller, quand aller

  • autant que possible, sortir des villes et s’en éloigner pour diminuer la gêne provoquée par la pollution lumineuse
  • choisir un soir avec le ciel dégagé, sans nuages
  • éviter les soirs de pleine lune : car la forte luminosité de la Lune viendra diminuer la visibilité des étoiles

Matériel nécessaire

  • trépied obligatoire : et plutôt un modèle un peu lourd pour éviter tout risque de mouvement en pose longue
  • objectif lumineux : le grand angle est apprécié pour composer des images incluant le ciel plus un élément en premier plan
  • ou un objectif longue focale pour se concentrer sur une zone définie du ciel, comme une constellation
  • pour une image la plus nette possible, il faut utiliser une télécommande, un retardateur ou la fonction « temporisation du miroir »

Réglages

  • appareil en mode manuel
  • mise au point manuelle sur une lumière éloignée et désactiver l’autofocus (AF)
  • images au format RAW pour plus de latitude de retouche
  • ouverture maximale de l’objectif (le plus petit chiffre)
  • ISO à 1600 (et + si l’appareil de génère pas trop de bruit dans les hauts ISO)
  • vitesse entre 10 et 30 secondes
    • Attention : à cause de la rotation de la Terre, avec une pose trop longue, les étoiles risquent de ne plus être des points mais des traits (voir la règle des 500)
    • après les premières photos test, on adaptera les ISO et la vitesse en fonction de la luminosité de la scène

Mes derniers essais de photos d’étoiles